int(40774) int(38868)
Numéro 605 - avril 2021(dossier)

Innovations

Nous avons voulu aborder ce numéro sur l’innovation au sein du monde hospitalier avec un regard un peu décentré et décalé, en partant du constat communément ressenti, mais qui ne cesse d’interroger, d’une dichotomie relativement répandue dans nos établissements entre, d’un côté, une technophilie avide d’innovations « high-tech » et de prouesses médicales, de l’autre un environnement hospitalier souvent rétif au risque, plutôt traditionnel au niveau managérial et encore marqué par un cadre réglementaire rigide et de forts corporatismes.

La culture hospitalière est ainsi faite que l’innovation, prisée au niveau clinique, s’y diffuse beaucoup plus lentement lorsqu’elle interroge les organisations ou les processus, qu’ils concernent les achats, les enjeux architecturaux et d’hospitalité ou plus encore les ressources humaines et les collectifs professionnels, mais aussi les liens et partenariats pourtant nécessaires à tisser avec des acteurs extérieurs – industriels, patients ou aidants –, encore trop souvent vus comme des intrus dans un monde de jeux de rôles codifiés.

En guise d’introduction, alors que la période pandémique a déjà naturellement bousculé l’hôpital, nous avons souhaité interroger plus encore et sur le moyen terme nos organisations traditionnelles, nos schémas établis et nos référentiels rassurants, à partir notamment de quelques questions simples, gentiment provocantes, mais révélatrices des contradictions et limites de notre système : pourquoi par exemple l’hôpital public n’a-t-il pas été capable d’inventer et de diffuser un modèle comme Doctolib ? Pourquoi les innovations managériales hospitalières ou les enjeux de partenariats patients viennent-ils toujours du Canada ou d’Europe du Nord ? Pourquoi la diffusion des innovations est-elle si lente et si compliquée dans nos établissements où, de surcroît, le mimétisme règne en maître ? Quels sont les freins culturels, anthropologiques, financiers et réglementaires en France qui handicapent les expérimentations et les « hôpitaux libérés » que l’on peut davantage observer ailleurs ? Pourquoi le monde hospitalier est-il considéré par de nombreux industriels et de start-up comme trop complexe et trop hermétique à aborder ? 

Sans naïveté, sans dogmatisme et sans masochisme excessifs, nous avons voulu donner la parole à des industriels, à des hospitaliers qui ont fait un pas de côté par rapport aux normes et cadres traditionnels du système français, à des universitaires d’ici et de là-bas, à des designers hospitaliers qui interrogent, expérimentent, comparent et veulent faire bouger les conservatismes et les rigidités qui entravent encore trop souvent nos hôpitaux, où les enjeux d’adaptabilité et de réactivité doivent pourtant être plus que jamais au rendez-vous, tout en offrant un cadre bienveillant et empathique, tant pour les professionnels y travaillant que pour les patients et leurs proches venant y trouver soins et hospitalité.

Aurélien Delas
Directeur de la politique médicale, de la recherche et des partenariats, GHU Paris Psychiatrie & Neurosciences