Numéro 524 - mars 2013dossier

Analyse

Risques psychosociaux : les DRH en risque d’overdose !

Les risques psychosociaux s’immiscent dans le quotidien des ressources humaines, que ce soit par la presse, la législation ou les CHSCT. Que recouvre ce terme ? Comment faire le tri dans les différentes méthodes d’évaluation ? Quels sont les obligations, les risques et les bénéfices pour les établissements à se lancer dans une telle démarche ? Autant d’interrogations sur lesquelles l’auteur, ex-directrice des ressources humaines en centre hospitalier et consultante en ressources humaines, apporte un éclairage pratique.

Mal-être au travail par-ci, stress au travail par-là, les risques psychosociaux (RPS) ont envahi le quotidien des directeurs des ressources humaines (DRH) ! Que ce soit dans la presse ou brandis en comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) comme le dernier argument incontournable, les RPS s’apparentent à la dernière « tarte à la crème » de la profession. De quoi parlons-nous ? Il n’existe pas de définition officielle des risques psychosociaux. Le ministère du Travail retient que « les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de “stress”, qui n’est en fait qu’une manifestation de ce risque en entreprise. Ils recouvrent en réalité des risques professionnels d’origine et de nature variées qui mettent en jeu l’intégrité physique et la santé mentale des salariés et ont, par conséquent, un impact sur le bon fonctionnement des entreprises. On les appelle “psychosociaux” car ils sont à l’interface de l’individu (le “psycho”) et de sa situation de travail (1) » . Globalement, quand on travaille sur les RPS, on distingue les causes, les effets et les ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.