Numéro 512 - janvier 2012dossier

Qualité

Psychoéducation

Une alliance thérapeutique soignants/familles

L’éducation thérapeutique – processus continu de soins et de prise en charge du patient – se développe du fait d’enjeux épidémiologiques, sociologiques et économiques indéniables, même en psychiatrie. Cette activité est de plus en plus encadrée par la réglementation tant au niveau de la structuration des programmes que des compétences à mobiliser. L’étude présentée ici explicite l’importance de l’alliance thérapeutique soignants/familles dans la mise en œuvre d’une telle démarche et propose des indicateurs pour mesurer l’impact des programmes.

L'éducation thérapeutique est inscrite dans le code de la santé publique par la loi Hôpital, patients, santé, territoires (HPST) de juillet 2009, une évolution qui trouve son origine dans la mise en lumière d’enjeux épidémiologiques alarmants. Pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « les maladies chroniques constituent la principale source d’incapacités physiques, mentales, sociales dans le monde d’ici 2020(1) ». Cette évolution résulte de l’allongement de l’espérance de vie et des technologies nouvelles de diagnostic et de soins. En France, 15 millions de personnes, soit 20 % de la population, sont atteintes de maladies chroniques : 2,5 millions pour le diabète ; 3 millions pour la bronchite chronique ; 3,5 millions pour l’asthme ; 2,5 millions pour l’insuffisance rénale chronique. Toujours selon l’OMS, les maladies mentales se classent au troisième rang des maladies en termes de prévalence et sont responsables du quart des invalidités. Elles affectent une personne sur cinq chaque année. On retient cinq maladies mentales parmi les dix pathologies les plus préoccupantes pour le xxie siècle : schizophrénie, troubles bipolaires, ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.