Numéro 614 - mars 2022dossier

Se préparer à agir

L’incertitude financière

Après l’intervention de Muriel Barlet, Véronique Anatole-Touzet rappelle le paradoxe financier actuel : il n’y a jamais eu autant d’argent pour financer l’hôpital public, à travers notamment le Ségur, et pourtant l’hôpital se trouve dans une incertitude financière totale, qui a été prise en compte par les pouvoirs publics via notamment la garantie de financement. Avec néanmoins un modèle de financement qui doit évoluer dans un contexte de crise qui ne permet pas de se projeter à court terme.
Amélie Verdier, directrice générale de l’agence régionale de santé Île-de-France, et Frédéric Varnier, directeur général du CHU de Caen, évoquent les perspectives de ce modèle, notamment pour les CHU.

Pour Amélie Verdier, au niveau macroéconomique, les incertitudes n’ont jamais été aussi majeures – effondrement de la croissance en 2020, forte reprise en 2021, questionnements sur une inflation ponctuelle ou durable – et conduisent les économistes à s’interroger fortement. Pourtant, la lisibilité financière donnée aux CHU n’a peut-être jamais été aussi forte : le « quoi qu’il en coûte » présidentiel est assez inédit, peu de politiques publiques en ont bénéficié à ce point sur la période récente avec un volume de financements publics si important. Dans le contexte macroéconomique général, qui conditionne le niveau auquel tout acteur public peut s’endetter, il faut rappeler que les taux d’intérêt à dix ans étaient négatifs. Amélie Verdier met en avant trois points qui président aux politiques publiques : la soutenabilité : les marchés regardent la soutenabilité de toute la zone euro et le degré de coordination. L’affirmation nette du « quoi qu’il en coûte », associée au plan de relance européen coordonné, a eu un impact général pour l’hôpital public, avec un effet « monnaie ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.