Numéro 611 - décembre 2021dossier

Rapport Pittet

Évaluation de la gestion de la crise Covid-19*

et anticipation des risques pandémiques

Le 25 juin 2020, le président de la République a installé cette mission indépendante qui devait remettre son rapport final en décembre 2020. Avec quelques mois de retard sur le calendrier initial, celle-ci a produit un document mars 2021 que tout parlementaire devrait avoir lu aujourd’hui, eu égard à l’importance de la crise vécue depuis dix-huit mois et des enseignements à en tirer. Le rapport a pour objectif d’identifier les éléments structurants qui doivent être améliorés voire transformés. À ce titre, il ne s’attarde pas sur les responsabilités. Il est par ailleurs finalisé alors même que la crise est toujours en cours.

Du point de vue de la mortalité Covid, le rapport classe la France parmi les pays « très affectés », regroupant 33 pays sur 179 dans le monde, essentiellement des pays européens, les États-Unis et plusieurs pays sud-américains(1). Au sein de ce groupe peu enviable, la France se situe dans une position intermédiaire, avec une mortalité nettement au-dessus de la moyenne européenne au 1er mars 2021. Celle-ci a touché principalement des personnes vulnérables (liées à l’âge(2), l’état de santé ou des conditions de vie), en particulier les plus de 85 ans. Le rapport s’inquiète des conséquences sanitaires indirectes attendues des déprogrammations hospitalières, les évaluant comme considérables sur des populations plus jeunes que celles généralement touchées par la Covid.  Les mesures drastiques prises lors du choc initial ont permis, selon la mission, de réduire considérablement la circulation du virus, même s’il est difficile de mesurer l’efficacité de chacune prise isolément. Rétrospectivement, les mesures comme la fermeture des écoles et de certains commerces(3) sont considérées par les auteurs comme excessives au regard de leurs ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.