Numéro 614 - mars 2022dossier

Manager

Entre illusion du contrôle et reconnaissance des incertitudes

Le cas de la sécurité dans les industries à risques, et plus spécifiquement dans l’aviation

Corinne Bieder, responsable du programme recherche sur la sécurité à l’École nationale de l’aviation civile (Enac), a ancré son propos dans le domaine de la sécurité industrielle et plus précisément en ce qui concerne la sécurité des vols et des opérations aériennes. Il lui semble en effet incontournable de lier la question de la sécurité et celle de l’incertitude.

Il existe différentes manières de manager la sécurité, qui traduisent différentes façons d’appréhender les incertitudes. Ce qui va influer sur la manière dont la sécurité est définie, analysée et comprise, dépend d’un ensemble d’éléments, en particulier : la focale (lorsqu’on regarde de loin, toutes les activités et organisations à risque se ressemblent, ce qui incite à une approche standardisée de la sécurité) ; le point de vue ou la discipline, qui définissent l’approche que nous pouvons avoir de la sécurité. À titre d’exemple, l’ingénierie ou les sciences de gestion ont une approche différente de celle des sciences humaines et sociales ; le contexte réglementaire, légal et sociétal dans lequel évoluent ces activités à risque, qui induit des injonctions externes. Historiquement, la sécurité en aéronautique s’est construite à partir : de la certification des aéronefs donc basée sur des analyses de risques sophistiquées anticipant pannes et dysfonctionnements et mettant en œuvre des dispositions de conception afin de rendre l’avion intrinsèquement sûr, des procédures ayant pour objectifs ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.