Numéro 589 - octobre 2019expérience

État des lieux

GHT et évolutions organisationnelles

Depuis le 1er juillet 2017, les établissements publics de santé adhèrent à une convention de GHT fixant d’une part le projet médico-soignant partagé, d’autre part les modalités d’organisation et de fonctionnement des instances communes. Les établissements peuvent choisir le niveau de compétences déléguées à celles-ci et opter pour un modèle plus ou moins intégratif. Entre juin 2018 et février 2019, l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap) et un groupe d’élèves directeurs d’hôpital de la promotion Albert-Camus (2018-2019) de l’École des hautes études en santé publique (EHESP) ont réalisé une enquête auprès des GHT pour identifier ceux ayant exploité la souplesse offerte par le cadre juridique et mis en place des stratégies de mutualisation. Cinquante-huit établissements sur les 135 sollicités ont répondu à un questionnaire en ligne et huit ont fait l’objet d’entretiens avec les équipes concernées par les sujets traités : gouvernance et pilotage territorial/pôles interétablissements/plateaux techniques et fonctions supports(1).

Une recherche de solutions pour faciliter les échanges Pour faire face aux enjeux organisationnels impliqués par la réforme des GHT, de nombreux établissements ont choisi de faire preuve de pragmatisme, retenant dans un premier temps des options permettant d’éviter des situations de blocage.  Logiquement, on constate que les coopérations préalables et les directions communes sont des facteurs facilitateurs pour la mise en place des projets, d’autant qu’il peut exister des maturités différentes entre les établissements d’un même GHT (organisations, pratiques, outils…). La nomination d’un responsable en charge du pilotage transversal de l’ensemble des projets, de la coordination avec les instances et l’ensemble des acteurs est un facteur clé de succès constaté. Ce choix a été retenu par exemple dans les GHT 21-52, Artois et Eure-Seine Pays d’Ouche.  Pour le GHT 21-52, ce choix s’est traduit par la création d’un poste de directeur adjoint dédié à la coordination opérationnelle du groupement et d’un poste de responsable des coopérations médicales. Le directeur adjoint en charge du GHT fait vivre les instances en ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.