Numéro 586 - mai 2019dossier

Organisation

Pour une approche stratégique des trajectoires d’intégration

La volonté des acteurs sur le terrain, encouragée par le projet de loi relatif à l’organisation et à la transformation du système de santé, ouvre des possibilités accrues d’intégration des établissements au sein des GHT. Depuis 2016, on constate une diversité d’ambitions parmi les réalisations issues des projets médicaux partagés et des modalités d’organisation des fonctions obligatoires(1). Une hétérogénéité des situations des GHT, associée à l’ampleur des thèmes possibles d’intégration (au nombre de 26), qui rend indispensable l’élaboration d’une stratégie de coopération et d’une trajectoire d’intégration pour éviter de se perdre en chemin…

Après une quinzaine d’années de tentatives de coordination des hôpitaux publics (GCS, directions communes, CHT…), in fine peu transformantes, la loi de modernisation de notre système de santé du 26 janvier 2016 a lancé la politique nationale des groupements hospitaliers de territoire (GHT) avec un double objectif d’accélération de : la mise en œuvre des coopérations interhospitalières afin d’obtenir une offre de soins graduée et cohérente dans chaque territoire en promouvant une stratégie de groupe public ; la mutualisation des fonctions supports. La première phase des GHT (2016-2018) s’est traduite par un rythme d’intégration très variable et une situation peu aboutie pour la majorité des établissements. Très rapidement après son lancement et la création des 136 GHT actuels, une forte différenciation du degré réel de coordination est apparue, notamment à travers l’ambition puis les premières réalisations issues des projets médicaux partagés. Une revue récente de l’ambition des projets médicaux partagés d’une cinquantaine de GHT(2) montre qu’il existe quatre types de groupement au moment où s’ouvrent les ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.