Numéro 514 - mars 2012séminaire ehesp-idm

Qualité

Performance du bloc opératoire

Apport de la check-list de sécurité

Depuis quelques années, nous assistons à un bouleversement de l’organisation hospitalière : initialement centré sur le chef de service, omnipotent, le système devient centré sur le parcours patient et les démarches qualité. Les services sont maillés avec des outils communs, des interconnexions et des indicateurs qualité partagés. Dès lors, les acteurs partagent leurs expériences autour de la prise en charge globale, pour un maximum d’efficacité et d’efficience médicale.

Cette vision n’est pas forcément partagée par tous les acteurs qui continuent de voir la situation à travers le prisme de leurs métiers. Certains attendent des performances d’activité dans une logique économique, d’autres cherchent à augmenter l’activité pour satisfaire leur patientèle, d’autres enfin s’attachent à développer des programmes qualité dans une logique personnelle. Ils ont raison individuellement mais tort collectivement ; le travailler ensemble est une évidence en termes d’efficacité mais également d’efficience médicale, car la communication entre professionnels diminue le nombre de complications et la mortalité périopératoires (1).  L’esprit d’équipe  Deux conditions sont essentielles à l’esprit d’équipe: un effectif en rapport avec l’activité et un système d’information capable de produire des indicateurs en qui les acteurs ont confiance.  L’adéquation effectif/activité Un effectif insuffisant ne peut être réceptif à des messages de performance. Pour accomplir leur tâche au quotidien, le personnel jongle avec les procédures et fait des impasses sur la sécurité pour préserver l’activité ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.