Numéro 571 - décembre 2017séminaire

Management

Un an après, les facteurs de réussite des GHT

Alors que les groupements hospitaliers de territoire (GHT) ont soufflé leur première bougie et, pour la plupart, porté à leur convention constitutive un projet médical partagé (PMP) et un projet de soins partagé (PSP), la chaire Management des établissements de santé de l’EHESP livre ici une synthèse* des exemples et réponses échangés entre professionnels et chercheurs autour de questions managériales prégnantes.

Initialement perçu comme modalité de mutualisation de fonctions entre hôpitaux publics, voire de fermeture de structures, le GHT s’est rapidement inscrit comme un nouveau mode de coopérations obligatoires, formalisées et accompagnées, définissant une offre territorialisée et graduée de soins. L’objectif est ainsi d’améliorer l’accès à des soins sécurisés et de qualité, tout en assumant une meilleure efficience (1). Il ressort que si les professionnels ont tenu le calendrier de la constitution des GHT, il reste à traduire dans les faits les modalités attendues. La synthèse proposée ici cherche, par un regard pluridisciplinaire, à offrir des pistes sur les défis managériaux à venir. Premières leçons : un effort d’intégration à transformer en coopération Les GHT constituent un effort d’intégration d’établissements de santé publics. En cela, ils ne dérogent pas à une tendance observable dans d’autres secteurs. La question de l’intégration des structures s’est même posée et concrétisée depuis longtemps dans d’autres secteurs, tels que l’industrie (réseaux, clusters, écosystèmes), les collectivités territoriales ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *