Numéro 608 - septembre 2021dossier

coopération

SAU et soins non programmés

Tirer les enseignements de la première vague de Covid-19

Les services d’accueil des urgences (SAU) ont vu leur activité augmenter de façon continue ces dernières années, aboutissant à une saturation pourvoyeuse d’une non-qualité des soins et d’un malaise des équipes(1). Lors de la première vague de l’épidémie de Covid-19, paradoxalement, la majorité des SAU a vu son activité baisser de façon importante(2). Pour les auteurs, si le non-recours aux soins peut expliquer en partie cette baisse de fréquentation, les réorganisations de l’offre de soins non programmés ont pu aussi y contribuer. Sur le territoire Sud-Isère, ces réorganisations ont très tôt pris une dimension territoriale inédite, permise notamment par une atténuation des éléments de régulation tarifaire habituels.

Saturation des SAU, un symptôme de la désorganisation de l’offre de soins  La saturation des services d’accueil des urgences (SAU) est une problématique identifiée depuis de nombreuses années et qui a fait l’objet de nombreux rapports. Malgré les recommandations émises, force est de constater que la croissance de l’activité des SAU a été constante ces vingt dernières années, avec un doublement du nombre de passages par an sur cette période (21 millions en 2017(3)). Or, cette activité est difficilement soutenable :  la saturation des services est un facteur de non-qualité des soins et d’augmentation de la morbi-mortalité pour les patients ;  elle a un impact sur la qualité de vie au travail des professionnels, aboutissant à un malaise général et à des mouvements de grève prolongés au cours de l’année 2019 ; le fonctionnement continu de ces structures induit un besoin important de ressources financières et humaines.  En lien avec les besoins d’hospitalisation (et le capacitaire en lits), elle peut aussi impacter fortement l’organisation et le travail des équipes d’autres services et mettre en fragilité les ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.