Numéro 609 - octobre 2021expérience

management

Accompagner les professionnels victimes de violences sociétales

Si la violence envers le personnel hospitalier est souvent traitée en littérature, on parle peu des conséquences au sein d’un service de l’agression d’un collègue dans sa vie privée, de son retour au travail, des réactions des uns et des autres, de l’impact sur l’activité professionnelle. Cadre supérieure de santé, Valérie Godard assure des missions de management à l’hôpital depuis plus de vingt ans. Elle a dû gérer plusieurs épisodes liés à la violence sociétale et s’est rendu compte qu’elle n’était pas du tout préparée à de telles situations ; elle s’est sentie désemparée et a parfois douté de son efficacité. Avec la psychologue du travail de son établissement, elle a réfléchi et agi pour aider au mieux ses collègues, touchés dans leur vie personnelle, et les accompagner dans la reprise de leur activité professionnelle. 

Trois expériences vécues  1/Annoncer à l’équipe qu’une collègue a été violée et poignardée la nuit précédente  Et gérer les répercussions de cette annonce sur l’équipe et sur le réseau de connaissances de la victime au sein de l’établissement, en possédant peu d’informations et en étant soi-même choqué.  Une fois le choc de la nouvelle et la sidération « dépassés », il a fallu l’annoncer au reste de l’équipe. Le cadre paramédical de pôle a décidé des modalités : une annonce individuelle au poste de travail de chaque agent, pas en réunion collective. L’annonce en douceur, à mots couverts, de cette « mort violente » a donc été faite aux membres de l’équipe présents. Il y a eu des larmes puis l’équipe s’est spontanément réunie en salle de détente, dans le calme et le recueillement.  Si cette méthode d’annonce individuelle a permis de préserver l’équipe présente, elle a complètement ignoré le réseau relationnel interne à l’établissement de la victime. Ce sont ces personnes qui ont le plus mal réagi : celles que la victime croisait tous les jours, dans le train, dans sa commune, des ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.