Numéro 604 - mars 2021dossier

attractivité

Réforme des études médicales et paramédicales

Pour une médecine partagée et plus humaine

Les besoins en santé, tout comme le niveau d’exigence attendu de la société, se sont accrus, incitant à repenser les modalités d’organisation de la formation des études médicales qui constituent un levier important dans la transformation du système de santé. Les réformes ont largement été concentrées sur les professions médicales et de soins infirmiers en raison de leur forte représentativité. La France comptait en effet plus de 220 000 médecins et 700 000 infirmiers en 2018(1). Ces réformes tendent néanmoins à s’étendre aux professions pharmaceutiques et maïeutiques ainsi qu’à l’ensemble des auxiliaires médicaux par la mise en place d’un tronc commun et de passerelles interfilières ou encore en élargissant le champ de compétences pouvant être exercées par chacun de ces professionnels. Dans quelles mesures ces réformes permettent-elles de mieux répondre aux enjeux de santé publique d’aujourd’hui et de demain ?

Une évolution en miroir Une succession de réformes catégorielles centrées sur le statut et les connaissances Un siècle de réformes en silo Dès la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle, une série de textes législatifs et réglementaires dresse les principes des professions médicales et infirmières en vue de sortir de la charité et de professionnaliser les voies d’accès : l’article 1 de la loi Chevandier pose le 30 novembre 1892 le principe de base de la médecine française : « Nul ne peut exercer la médecine en France s’il n’est pas muni d’un diplôme de docteur en médecine délivré par le gouvernement français à la suite d’un examen subi dans un établissement supérieur de l’État » ; la circulaire n°7083 du 28 octobre 1902 rend obligatoires les écoles d’infirmières et donne la première définition de l’infirmière ; l’arrêté préfectoral du 4 avril 1907 modifié par l’arrêté du 31 août 1908 porte création du diplôme d’infirmier psychiatrique départemental ; en 1922, la création du brevet de capacité professionnelle permet de porter le titre « infirmier diplômé de l’État ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.