Numéro 528 - septembre 2013réflexion

Éthique

L’euthanasie

Un défi face à la « crise de l’esprit » ?

La crise de l’esprit se traduit par un décalage entre deux visions : celle d’un monde clos statique et celle d’un univers infini tissé de relativité et de changements permanents, sous l’angle duquel la biologie fait de la mort le sculpteur de la vie. La naissance, le vieillissement, la mort liés à notre finitude humaine ne pourraient-ils pas prendre un autre visage dans un paysage qui intégrerait la relativité quantique ?

Introduction  À l’heure des débats sur la question de l’euthanasie, quelques points donnent à penser :  regarder la question de l’euthanasie dans un paysage plus vaste : la crise de l’esprit inscrite en arrière-plan des débats actuels. Deux notions clés : la banalité du terme « situation de crise » s’accompagne d’une innovation sémantique. Le terme « situation » désigne dès lors une existence privée de tout sens, c’est-à-dire de toute orientation ;  tenter de mieux cerner les racines de la crise de l’esprit, reflet du décalage entre les compréhensions scientifiques et les compréhensions citoyennes des malades ou bien-portants. La question centrale de l’euthanasie fera apparaître un décalage complet entre une citoyenneté planétaire et la lenteur du mourir naturel !  interroger la possibilité présente d’un nouvel équilibre entre la « mesure de la science » et le « sens de la mesure ».  Ainsi, la question de l’euthanasie s’inscrit dans une problématique profonde et plus vaste qui se présente comme une crise de l’esprit. Comment vivre dans des sociétés où il ferait bon vivre ensemble ? ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.