Numéro 519 - octobre 2012dossier

Compétences

Le service public hospitalier

Valeurs et missions des Hospices civils de Lyon

En quelques années, l’hôpital public a connu de profonds bouleversements ; dans son mode de financement, dans sa gouvernance, dans son organisation, dans sa culture managériale. De nouvelles problématiques ont émergé, de nouveaux mots sont apparus – performance, efficience, rationalité… – qui ont déconcerté et interrogé nombre d’acteurs. Si la nécessité de rendre nos établissements plus efficaces et d’optimiser l’argent public ne peut être discutée, si certaines méthodes de management et d’organisation peuvent, sans tabou, être empruntées au secteur privé, celle de rappeler que les hôpitaux publics ne sont pas des entreprises l’est tout autant. La finalité de l’hôpital public reste d’honorer les missions de service public et les grandes obligations portées par les « lois Rolland », ces fameuses lois qui régissent le service public français et qui lui assignent, comme piliers fondamentaux, les notions d’universalité, de continuité, de neutralité. Il est essentiel que ces valeurs restent le pilier de notre action quotidienne. Elles font notre force parce qu’elles nous rassemblent.*

L’hôpital public, aujourd’hui comme hier, accueille tous les patients, quels qu’ils soient, jeunes ou vieux, riches ou pauvres, pour des pathologies simples, complexes ou imbriquées. Il s’inscrit ainsi dans l’héritage des premiers hôpitaux, les « hostel Dieu », qui faisaient surtout œuvre de charité en accueillant les pauvres, leur offrant gîte et couvert.  Nos valeurs  Égalité Cette valeur de l’accueil perdure. Avec une autre : l’égalité d’accès aux soins pour tout citoyen, quels que soient sa race, sa religion, son ethnie, son âge, son état de santé et sa situation sociale. Les Hospices civils de Lyon (HCL), comme les autres CHU et les hôpitaux publics d’une manière générale, accueillent beaucoup de patients précaires. Nos indicateurs le montrent: la proportion de patients bénéficiant de la couverture maladie universelle (CMU), de la CMU complémentaire ou de l’aide médicale d’État est significativement plus élevée dans nos établissements (plus de 10 %). [encadre_shortcode titre='enc_2012_485_01'] La permanence d’accès aux soins (Pass) est une main tendue aux plus précaires, mais « tout le service social des ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *