Numéro 521 - décembre 2012dossier

Prix Graph 2012

La prise en charge des personnes âgées dans les services non gériatriques

L’exemple du CHU de Grenoble

Face au vieillissement démographique et au développement relativement limité des services gériatriques, les services d’urgence et de spécialités sont concernés par l’accueil d’un grand nombre de personnes âgées polypathologiques et fragiles. En 2010, 16,93 % des séjours de médecine et chirurgie du CHU de Grenoble avaient été réalisés par des patients âgés de 75 ans et plus, et seuls 9,79 % de ces séjours avaient été faits dans les services de gériatrie. De par l’intrication de pathologies relevant de spécialités diverses, du risque de dépendance associé à l’hospitalisation, du passage successif aux différentes étapes de l’offre de soins hospitalière et extra­hospitalière, la prise en charge du sujet âgé est nécessairement pluridisciplinaire. Un défi de taille pour des hôpitaux caractérisés par une spécialisation croissante.

Les urgences constituent la porte d’entrée principale de l’hôpital pour les personnes âgées : en 2010, on comptait aux urgences médicales du CHU de Grenoble environ 31 % de personnes âgées de 75 ans(1) et plus, contre 11 % aux urgences traumatologiques. Même si les problématiques sociales sont significatives, ces entrées sont le plus souvent justifiées par des pathologies aiguës. Admissions certes justifiées, mais pas nécessairement appropriées, certains patients âgés relèveraient en effet d’autres modes de prise en charge (consultation externe, hôpital de jour ou entrée directe). Plusieurs explications à ce recours aux urgences : difficulté du maintien à domicile et épuisement des aidants, offre de soins extrahospitalière insuffisamment développée et connue, faible médicalisation des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), coordination difficile avec les médecins généralistes qui peinent à obtenir une entrée directe de leurs patients non programmables. Ce recours aux urgences est loin d’être sans conséquence sur les patients, du fait de conditions d’accueil souvent précaires.  Des durées ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.