Numéro 544 - mars 2015réflexion

Recherche

Magnet hospital et attractivité hospitalière

Quelle articulation ?

L’étude du magnétisme hospitalier a commencé au début des années 1980 suite aux travaux d’un groupe de l’American Academy of Nursing. Le concept est né d’une interrogation : pourquoi et comment certains établissements, dans un contexte de pénurie de personnels, parviennent-ils à attirer et à fidéliser leurs personnels infirmiers ? Cette recherche a permis de mettre en évidence des critères de réussite mais aussi de révéler la corrélation entre magnétisme des personnels infirmiers et qualité des soins (1). C’est ce même contexte qui fait ressurgir le terme en France, en 2009, pour traduire une solution organisationnelle et managériale innovante face à des tensions fortes sur la démographie des personnels médicaux et paramédicaux. L’ambition de cet article est de partir des critères mis en relief à partir d’études empiriques (2) pour établir une grille d’analyse et d’amélioration de l’attractivité globale des établissements publics de santé. Ce concept de « magnet hospital » peut-il être étendu à l’ensemble des personnels médicaux et non médicaux et apporter des leviers d’amélioration possibles ? Le positionnement choisi ici est double : montrer la nécessité actuelle d’un hôpital magnétique et présenter des outils d’amélioration concrets d’attractivité de l’ensemble des personnels hospitaliers.

Les établissements publics de santé (EPS) sont confrontés à un contexte d’exercice particulièrement délicat : ils connaissent une situation financière et économique dégradée, des disparités territoriales majeures et sont soumis à des injonctions de plus en plus fortes et contradictoires. Ils doivent préserver un accès et une continuité des soins tout en répondant à un certain nombre de problématiques relatives à leur attractivité. Appréhender les enjeux hospitaliers contemporains D’un côté, l’hôpital public est plébiscité en son sein, car l’exercice y est synonyme de protection de l’emploi, d’un salaire régulier et de reconnaissance des droits sociaux, même si parallèlement il fait face à des difficultés de recrutement (contexte démographique médical tendu). D’un autre côté, l’hôpital public est à la fois recherché par les médecins pour la professionnalisation et la recherche clinique qu’il permet et décrié pour la démesure de ses structures et la nécessaire coopération avec l’administration. De manière générale, la demande envers l’hôpital est plus large ; il doit résoudre, dans sa recherche ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.