Numéro 610 - novembre 2021expérience covid

initiative

Masques à usage unique, ces nouveaux déchets

Création d’une nouvelle filière de recyclage

Depuis février dernier, le centre hospitalier de Saintonge (Saintes) a développé un partenariat avec une start-up bordelaise en vue du recyclage des masques à usage unique jetés par son personnel et le public. Avec une consommation interne de plus de 50 000 masques par mois, l’établissement s’engage à créer de la valeur à partir de ce nouveau déchet. Une expérience reproductible qui associe les forces du public et du privé au service d’un enjeu environnemental partagé. 

Le masque à usage unique est devenu un équipement de protection individuelle (EPI) obligatoire au sein des établissements de santé et son niveau de consommation a en conséquence considérablement augmenté. Le CH de Saintonge comptabilise ainsi environ 50 000  masques par mois ; en Nouvelle-Aquitaine, 1,2 milliard de masques seraient consommés par an.  Parallèlement, le masque est entré dans la vie des Français de manière inopinée ; après avoir suscité des inquiétudes puis des attentes légitimes, il est devenu un outil social et un objet sociétal incontournable.  Le masque à usage unique s’est donc imposé dans notre quotidien, devenant, après quatre heures d’utilisation, un « nouveau déchet », reposant sur le triptyque de l’économie linéaire : « fabriquer/consommer/jeter ». Le projet de l’hôpital saintais visait donc à modifier ce modèle pour emprunter le chemin de l’économie circulaire. Une filière déchet à maîtriser Il est rapidement apparu nécessaire de maîtriser le circuit du masque usagé. La première préoccupation a été de ne pas retrouver les masques usagés jetés n’importe où (par terre, ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.