Numéro 596 - mai 2020covid-19

recherche

Lectures géographiques/1

En quelques articles successifs, Emmanuel Vigneron nous donne un aperçu des épidémies dans l’histoire européenne et française, anciennes ou à l’époque contemporaine – principalement en faisant référence à quelques lectures utiles – revient, pour ce qu’elles ont de particulier, sur les récentes épidémies à coronavirus puis examine l’épidémie actuelle à différentes échelles – mondiale, européenne, française et régionale. Premier volet : les épidémies en Europe et la crise sanitaire de ce printemps 2020.

Pour comprendre l’épidémie d’infection à coronavirus, une lecture à toutes les échelles s’impose : mondiale, européenne, nationale et locale. On y verra que les épidémies révèlent les grandes lignes de force de l’organisation des territoires, et ce quelle que soit l’échelle d’observation. Elles nous disent que la géographie est avant tout humaine, résultant des relations économiques et sociales. Plus l’échelle s’affine et plus les grandes disparités économiques, les grands courants de la mondialisation s’expriment dans des inégalités sociales qui se traduisent en chiffres mais aussi en faits pour tous ceux qui, habituellement, ne se voient pas ou peu. L’épidémie agit ici comme un puissant révélateur de l’organisation de l’espace géographique et comme la projection spatiale de la société. Ce qui est ici présenté se veut avant tout une invitation à faire de la géographie par l’expérience. Ces temps s’y prêtent bien, car ils nous permettent d’observer ce qui se passe autour de nous en prenant le temps nécessaire. Dans le même temps, l’extraordinaire flux d’informations nous fait passer sans cesse d’une échelle ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.