Numéro 575 - avril 2018dossier

réflexion

Intelligence artificielle

La révolution n’attendra pas les médecins. Mais elle a besoin d’eux.

Depuis bien longtemps, on prédit aux médecins l’avènement de « systèmes experts » capables de les seconder, voire de les remplacer. Avec le développement vertigineux de l’intelligence artificielle (IA), il semble que ce moment soit enfin arrivé. Presque quotidiennement, les revues et la presse font état d’applications médicales de l’IA si stupéfiantes qu’elles dépassent toutes les prophéties. Avec l’IA est amorcée une révolution d’une ampleur presque inimaginable. Rien ne pourra l’arrêter et il appartient aux professionnels de santé de domestiquer cette puissance s’ils veulent en voir sortir le meilleur.

Notion datant de plusieurs décennies, l’intelligence artificielle a longtemps stagné avant de connaître ces dernières années des progrès exponentiels. Grâce à l’essor prodigieux des capacités de calcul informatique et de stockage de données, des algorithmes qui, hier, n’existaient que sur le papier sont devenus réalité. Ils permettent non pas de recréer le fonctionnement d’un cerveau humain, ce que laisse faussement entendre le terme « intelligence artificielle », mais de reproduire quelques-unes de nos aptitudes fondamentales, comme le langage ou la reconnaissance visuelle. Par ailleurs, les algorithmes d’analyse de données, qui ne rentrent pas stricto sensu dans le champ de l’IA, permettent quant à eux de déceler dans des masses colossales de données (big data) des corrélations ou des motifs réguliers inaccessibles à nos capacités. Trois axes d’application médicale Énorme producteur d’images, de textes et de données dont la richesse reste largement inexploitée, le secteur médical apparaît comme un domaine d’application privilégié pour l’IA et le big data. Leurs possibilités se déclinent principalement sur trois grands ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.