Numéro 576 - mai 2018dossier

État des lieux

Hippocrate en Grèce

Du 14 au 22 octobre 2017, la promotion Hippocrate des élèves directrices et directeurs d’hôpital (EDH) s’est rendue en Grèce pour son voyage d’étude. Pour la première fois, trois internes en santé publique et trois élèves infirmiers accompagnaient cette délégation (33 EDH), permettant ainsi de multiplier les points de vue et d’enrichir le débat. En partenariat avec l’ambassade de France en Grèce, ce voyage visait à mieux appréhender le système de santé grec et ses enjeux. Au travers des rencontres organisées auprès d’une grande diversité d’acteurs, il s’agissait d’analyser les capacités de réponse et de résilience d’un système de santé face à un double choc d’une gravité exceptionnelle(1).

La Grèce a connu une crise économique d’une ampleur inégalée au sein d’un pays occidental depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Le PIB y a chuté de 25 % entre 2009 et 2014, entraînant une explosion du taux de chômage (28 % en 2013).  Ce séisme économique a été la cause, mais également le révélateur, d’une faillite budgétaire : la dette publique a atteint 175 % du PIB. Afin d’éviter une banqueroute, la Grèce a dû accepter, en échange d’une aide financière, le programme de réformes préconisé par ce que l’on a appelé la « troïka » (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international). Pour ce faire, il lui a fallu engager une réduction drastique de ses dépenses publiques. Le secteur de la santé notamment a été fortement touché, avec une baisse annuelle des dépenses de protection sociale de plus de 10 % entre 2009 et 2011. En parallèle de cette crise économique et budgétaire, le pays a dû faire face à une crise migratoire majeure, qui a culminé à l’été 2015 et durant laquelle près de 850 000 personnes, essentiellement des Syriens et Irakiens, sont arrivées en ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.