Numéro 585 - avril 2019avis d’expert

simulation

Aider à sauver des vies à l’hôpital

On ne doute pas de la capacité d’un comptable à faire sa comptabilité ou d’un cuisinier à faire la cuisine… À l’hôpital, on estime que chacun est formé pour sa mission quotidienne et que tout le personnel doit bénéficier de formation continue. Pourtant, on sait que les soignants sont confrontés à des cas graves ou rares, ou les deux, et qu’ils font face à un manque de ressources humaines et à des habitudes parfois délétères pour les patients, tout simplement parce que « c’est comme ça qu’on fait dans ce service ». Doit-on mettre en doute leurs capacités à prendre en charge un malade ? Sont-ils en mesure de sauver la vie d’un patient en état critique ? Sont-ils correctement préparés ?

Laerdal s’est inscrit dans la mission d’aider à sauver des vies en avançant son principe fondateur : personne ne devrait mourir ou devenir handicapé lors de l’accouchement ou à la suite d’une maladie soudaine, d’un traumatisme ou d’une erreur médicale. Voilà pourquoi nous pensons qu’une formation efficace des soignants permettra de sauver plus de vies, et ce via deux entrées :  la simulation en santé. Les recommandations de la HAS sont sans équivoque : jamais la première fois sur le patient. C’est clairement le principe fondateur de la simulation. On parle de simulation procédurale pour apprendre les gestes et de simulation haute fidélité pour apprendre à travailler en équipe, réagir, prendre des décisions ou communiquer. Notre mission est d’aider les universités, les Ifsi et les hôpitaux à développer des espaces de simulation, avec des simulateurs procéduraux ou haute fidélité. Cette mission inclut également le conseil, le service, l’entretien, la mise en œuvre de ces structures d’apprentissage initial ou continu ; la lutte contre l’arrêt cardiaque à l’hôpital. Trois principes ont été démontrés par de ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.