Numéro 617 - juin 2022dossier

perspectives

Les enjeux économiques du numérique en santé

Le numérique transforme profondément la santé publique et environnementale. Avec des innovations très diverses – du séquençage du génome à la téléconsultation individuelle en passant par la construction des plateformes de données –, le recours à l’intelligence artificielle, le dossier médical partagé, les coordinations des systèmes de biosurveillance, les métiers du soin et avec eux une grande partie des sciences de la vie, tous sont bouleversés. Ce mouvement implique des présupposés et engendre des conséquences sociales, économiques, anthropologiques, philosophiques et éthiques. La gouvernance sanitaire doit prendre en compte ces nouvelles technologies redistribuant l’exercice du pouvoir et la souveraineté nationale ; les effets économiques sur les mécanismes de financement et d’assurance sont en train d’apparaître ; les distinctions mêmes entre humanité, technologie et animalité sont remises en cause par les pandémies d’origine zoonotique. Il est donc urgent de se donner les moyens d’étudier et de mieux comprendre les mécanismes sociaux engendrés par le numérique en santé si l’on veut en contrôler l’effectuation. L’Institut Santé numérique en société (ISNS) constitue une réponse forte, adéquate et réaliste à cet objectif essentiel. Il regroupera des spécialistes de différentes sciences humaines et sociales – sociologie, économie, statistique, anthropologie, philosophie, éthique – qui collaboreront, ensemble et avec les médecins, les biologistes, les bio-informaticiens et biostatisticiens des autres unités de PariSanté Campus. Il s’agira donc d’une unité transdisciplinaire, mettant en œuvre les avancées méthodologiques de l’étude des sciences et des techniques, en particulier l’étude réflexive de la quantification et du numérique en l’appliquant à la santé publique et environnementale.

Axes de recherche Les déterminants sociaux de la santé numérique doivent être abordés par une analyse multiscalaire. Notre projet identifie quatre échelles cruciales : données et quantification : la santé numérique porte sur la « datafication » massive du patient individuel. Ces données sont très différentes (données de capteurs wearables au séquençage génomique, bases de données administratives comme le Sniiram aux enquêtes épidémiologiques massives tel Epicov, etc.), en ce qui concerne la réglementation à laquelle elles sont soumises (concernant le consentement, la protection, l’anonymisation), selon le type de quantification qu’elles ont atteint (enquêtes épidémiologiques quantitatives, textes), etc. Pourtant, elles ont besoin d’être articulées dans d’immenses infrastructures de données afin de pouvoir être comparées, associées, croisées, et cette articulation soulève des problèmes non pas techniques mais surtout juridiques, sociaux et économiques importants. L’ISNS étudiera de manière ethnographique une série de cas de construction d’infrastructures de données (Epicov, HDH, etc.) afin d’établir les ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.