Numéro 619 - octobre 2022séminaire

GRAPH EUROPE 2022

Le système de santé norvégien

Pour sa sixième édition européenne – après Berlin (2014), Londres (2015), Stockholm (2017), Copenhague (2018) et Turin (2019) –, le Groupe de recherche et d’applications hospitalières (Graph) s’est réuni à Oslo du 24 au 27 août 2022, avec pour objectifs d’élargir les horizons hospitaliers français, de mener une réflexion autour de modèles applicables à nos établissements et de comparer nos outils. L’occasion, via des conférences données par les principaux acteurs norvégiens et des visites de terrain, d’analyser un système de santé qui, s’il présente des différences fondamentales avec le système français, est confronté à plusieurs défis, certains similaires, d’autres spécifiques. Les principaux enseignements de ce modèle tiennent à la répartition des compétences en matière de santé entre les communes et l’État, les premières jouant un rôle clé dans l’accès aux soins primaires et la régulation des urgences, quand le second pilote et sectorise les soins spécialisés et plus généralement l’activité des hôpitaux.

Un système de santé universel marqué par un partage de l’offre de soins entre les communes et l’État Orienté vers la promotion de l’égal accès aux soins pour tous les habitants, le système de santé norvégien s’est structuré de façon à proposer une offre de soins graduée du plus petit échelon territorial à l’échelle nationale pour les actes les plus spécialisés. Si les onze régions ne jouent qu’un rôle mineur dans cette organisation puisqu’elles n’ont pour seule compétence que les soins dentaires, ce sont surtout les communes et l’État qui ont la responsabilité des soins primaires et secondaires. Les municipalités ont compétence pour réguler l’accès aux médecins généralistes, organiser les soins à domicile ou encore orienter les personnes âgées vers les maisons de retraite. Ce sont également elles qui ont assuré la traçabilité des personnes contaminées par le Covid-19 pendant la crise sanitaire, non sans difficulté d’une commune à l’autre selon la taille et les ressources. L’État, quant à lui, détient les hôpitaux dont il est propriétaire via les autorités régionales de santé, en pilote la triple mission de ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.