Numéro 619 - octobre 2022dossier

réflexion

Événements indésirables

Les professionnels secondes victimes

La fragilité des patients pris en charge à l’institut universitaire du cancer de Toulouse Oncopole, la gravité des pathologies et les risques liés aux innovations et aux traitements peuvent rendre les événements indésirables associés aux soins rapidement critiques et impacter sévèrement les professionnels. Dans tous les établissements de santé, ces « secondes victimes » sont rarement prises en compte et reconnues. Or, si 60 % des professionnels de santé sont capables de citer un événement indésirable associé aux soins où ils peuvent s’identifier comme seconde victime, ils sont plus de deux tiers à développer une perte de confiance en eux, de l’anxiété, une dépression ou une diminution de performance dans leur travail [1]. La mise en place d’un dispositif de prise en charge de la seconde victime d’un événement indésirable contribue à renforcer la culture de sécurité, et donc la sécurité des soins au bénéfice des patients et des professionnels.

Si la prise en charge des patients victimes d’événement indésirable durant leur parcours de soins s’est nettement améliorée ces dernières années, il n’en reste pas moins que l’occurrence de ces événements reste élevée. Les établissements de santé sont très bien structurés pour en analyser les causes et en gérer les suites pour maîtriser les risques. Ils sont également à l’écoute et œuvrent au quotidien au respect et à la défense des droits des patients dans les situations complexes qui font suite à un événement dans leur prise en charge. D’un point de vue de la culture de sécurité des professionnels, beaucoup reste à faire, avec notamment la récente prise en compte des facteurs humains et organisationnels dans la maîtrise des risques et des travaux pour limiter la culture de la faute, libérer la parole. De nombreux professionnels souffrent encore d’avoir été pris dans une chaîne d’erreurs. Et si la libération de la parole, la solidarité en équipe, les systèmes de gestion des risques et les analyses de causes profondes permettent à ces professionnels de se sentir mieux, il apparaît que cela soit insuffisant, dans ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.