Numéro 516 - mai 2012dossier

Réflexion

Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage

Scoop journalistique : réalité ou malhonnêteté intellectuelle ?

La récente enquête de 60 millions de consommateurs (n°469, mars 2012), lors de sa parution, été reprise par de nombreux autres médias, les titres se déformant au fur et à mesure… 60 millions de consommateurs titrait sur son site Internet : « Des dépassements d’honoraires indécents à l’hôpital public », sur son édition papier : « Ces chirurgiens qui nous matraquent » et en appel du dossier à la page 14, un plus sobre « Dépassements d’honoraires : à l’hôpital aussi », assorti il est vrai de stickers flashy fashion stylés, comme dirait ma fille, tel « Prothèse de hanche, tarif sécu 459,80 € – Jusqu’à 5 000 € à Paris ».

Bigre, voilà de quoi inquiéter le patient, sinon l’élever légitimement contre cette caste de profiteurs en blouses blanches, masqués tels des bandits sur les photos qui illustrent l’article, pour la plupart mains dans le dos ou bras croisés autour du corps ouvert d’un patient anonyme. Un patient visiblement incapable de se défendre dans l’état où il est. Qui pourrait être nous. Des « matraqueurs » dit la couverture. Et insistant sur le fait que c’est à l’hôpital public que tout cela se passe. On entend les commentaires de la famille réunie autour du magazine : « Ça craint ! », dit le frère aîné ; « C’est chelou », dit la fille ; « Pas beau », dit le petit, et la maman de confirmer : « T’as raison, chéri », sans préciser à qui cela s’adresse car cela s’adresse bien sûr à tous, alors que le papa, l’air sombre, sentencieusement et essayant de prendre la voix de Jean Rochefort, déclare : « C’est pas vrai ! » On entend d’ici la condamnation : fonctionnaires, tire-au-flanc, profiteurs, tous dans le même sac. Certes, il est écrit, mais perdu dans le corps du texte, que « l’explosion des tarifs n’est ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.