Numéro 613 - février 2022dossier

initiative

Le dispositif relayage

Vers une transformation de l’accompagnement de la perte d’autonomie ?

Longtemps la famille a accompagné le vieillissement, la maladie ou le handicap de ses membres. Plusieurs générations pouvaient ainsi vivre sous le même toit ; seuls les « vieillards, infirmes et incurables » isolés – selon les termes des lois de l’assistance du début du xxe siècle – étaient pris en charge par la collectivité. L’évolution de la société, de la structure familiale, mais aussi la place croissante de l’État-providence ont amené peu à peu à « placer » les personnes vieillissantes et en perte d’autonomie en institution, même si la majorité d’entre elles aimeraient vivre et vieillir chez elles et que beaucoup n’ont pas la possibilité financière de vivre en Ehpad. Quelles que soient les situations, de nombreuses personnes en situation de dépendance sont accompagnées au quotidien par un membre de leur famille ou de leur entourage. Pour permettre le maintien à domicile et soulager les proches aidants, des dispositifs se mettent en place un peu partout, dont le « relayage ».

La reconnaissance du rôle des aidants est récente en France, puisque c’est seulement depuis la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé que le statut d’aidant familial a été reconnu. Ce rôle d’accompagnant, auparavant vécu comme « naturel », est aujourd’hui reconnu par la nation comme celui de « proche aidant » ou « aidant familial ». Il y aurait en France plus de 11 millions d’aidants qui s’occupent régulièrement d’un proche âgé ou en situation de handicap, avec des conséquences qui sont loin d’être neutres : difficultés de conciliation vie privée/vie professionnelle/rôle d’aidant, difficultés financières, impact sur la santé (fatigue voire épuisement, détérioration de l’état général, impact psychologique...). Ces aidants familiaux ont aujourd’hui une place majeure dans l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie dans le sens où ils apparaissent comme des acteurs suppléant le rôle de l’État : si demain l’ensemble des aidants disparaissait, l’investissement de ce dernier, en termes de politiques publiques et financiers, devrait être revalorisé. On le sait, ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.