Numéro 615 - avril 2022actualité

recommandations HAS

Opioïdes, éviter leur banalisation pour limiter les risques

En 2015, près de 10 millions de Français (soit 17,1 % de la population) ont eu une prescription d'antalgiques opioïdes, un chiffre qui serait en hausse ces dernières années. Utiles pour soulager les douleurs, tous les opioïdes antalgiques peuvent cependant induire une dépendance physique élevée et faire l’objet de troubles de l'usage – avec des conséquences importantes pouvant aller jusqu'à la surdose, voire au décès par arrêt respiratoire. Certains pays comme les États-Unis ou l'Angleterre font face à une crise sanitaire marquée par un nombre important de décès imputables à la consommation de ces médicaments. En France, si la situation est moins problématique, l'enjeu est cependant de sécuriser l'usage des opioïdes sans en restreindre l'accès pour les patients qui en ont besoin. Et ce dans un contexte de vieillissement de la population et d'augmentation des maladies chroniques qui favorise la multiplication des symptômes douloureux. La HAS a été chargée par le ministère des Solidarités et de la Santé d'élaborer des recommandations visant à promouvoir le bon usage des opioïdes antalgiques et à réduire le nombre de surdoses. Une ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.