Numéro 579 - octobre 2018dossier

État des lieux

La violence dans les services d’urgence

L’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) note une augmentation constante des signalements d’atteinte aux personnes et aux biens ; 22 048 signalements ont ainsi été recensés en 2017, pour 446 établissements sanitaires et médico-sociaux. La moitié des agressions se situe sur trois secteurs (sur 16 dans la classification de l’ONVS) : la psychiatrie (20 %), les urgences (16 %), les unités pour personnes âgées USLD ou Ehpad (11 %). Ces trois secteurs sont en cette année 2018 les trois spécialités les plus en crise et font l’actualité des médias pour leur manque de capacités professionnelles et structurelles. Sur un centre hospitalier comme celui de Saint-Brieuc, ce sont 116 agressions sur les huit premiers mois de l’année 2018, cinq arrêts de travail prolongés (supérieur à 7 jours). La difficulté majeure, selon les infirmières d’accueil et d’orientation, est la gestion des personnes violentes.

La définition de la violence en 2002 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de la violence est « une atteinte à l’intégrité physique ou morale (possession, symbolique ou culturelle) d’une personne ». Deux échelles de gravité (une pour atteinte à personne, 1’autre pour atteinte aux biens) et quatre niveaux sont précisés dans le recueil des signalements (mis en place par l’Observatoire) et calquées sur le code pénal :  niveau 1 : injures, insultes et provocations (propos outrageants…), niveau 2 : menaces de mort, atteinte à l’intégrité physique, port d’armes, niveau 3 : violences volontaires (atteinte à l’intégrité physique, strangulation, bousculades…), niveau 4 : violences avec armes, fait qualifié de crimes (meurtre, violences volontaires, mutilation ou infirmité…). Le processus dynamique de passage à l’acte de violence est décrit par Morasz en 2002, en six phases : la phase 1 dite « d’activation » est liée à l’apparition d’un stress (qui peut être l’hospitalisation en elle-même) ; la phase 2, « d’intensification », liée à une mauvaise gestion du ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.