Numéro 541 - décembre 2014dossier

Étude Drees

Urgences : les idées reçues à l’épreuve des statistiques

Alors que le dernier rapport de la Cour des comptes sur l’application des lois de financement de la sécurité sociale consacre un chapitre entier aux urgences hospitalières (1), l’étude publiée par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) sur les services d’urgences hospitalières de France vient actualiser les données statistiques disponibles sur le sujet. Elle se concentre sur les motifs de recours aux services d’urgence et les parcours des patients.

L’enquête nationale de la Drees, parue en juillet 2014 et intitulée « Urgences : la moitié des patients restent moins de deux heures, hormis ceux maintenus en observation », a d’abord eu un effet fédérateur : en mettant en place un système de recueil d’informations sur les patients venant aux urgences un jour donné, le 11 juin 2013, l’étude a permis de créer une base de données rassemblant 734 points d’accueil d’urgences générales et pédiatriques (France métropolitaine et DOM, y compris Mayotte). Plus de 50 000 questionnaires ont été remplis. Volontairement, le jour choisi pour l’étude se situe hors pic épidémique ou effet calendaire (week-end prolongé, vacances scolaires, jours fériés) afin d’être le plus médian possible. Il s’agit de la plus vaste collecte de données sur le sujet : l’enquête a couvert l’ensemble des structures d’urgences du pays, alors que la précédente enquête, datant de 2002, avait ciblé un échantillon représentatif de patients venus aux urgences. L’effet fédérateur concerne également les acteurs du champ sanitaire, puisque l’enquête a été commandée par le Haut Conseil pour ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.