Numéro 510 - novembre 2011dossier

Performance

Un projet de soins inscrit dans la bientraitance

« La valeur n’est pas une vérité, la vérité n’est pas une valeur mais les deux existent séparément. Il y a d’un côté ce qui relève de la connaissance, de la vérité : deux et deux font quatre, la Terre tourne autour du Soleil ; de l’autre, ce qui relève de la valeur, de la morale, c’est-à-dire de jugements individuels. » André Comte-Sponville, 1994

Si, pour le philosophe André Comte-Sponville, « la valeur n’est pas vraie et la vérité n’a pas de valeur(1) », il est essentiel de réaffirmer la distinction opérée par le philosophe David Hume dans son acception bipolaire du is (ce qui est) et du ought (ce qui devrait être). La structuration et l’écriture du projet de soins de la direction des soins des hôpitaux de Toulouse ne pouvaient s’envisager sans cette distinction ; il était indispensable d’avoir accès à « ce qui est » pour décider demain « ce qui devrait être » en essayant d’apporter des réponses à ces questions… D’où viennent ces valeurs qui sous-tendent au quotidien nos gestes professionnels et témoignent de leur qualité ? Comment les concilier au sein d’une institution hospitalière (dans un contexte de réformes fondamentales) alors qu’elles relèvent d’univers différents, de logiques dialogiques, contradictoires et/ou complémentaires ? Quels impacts ont-elles sur l’implication organisationnelle des professionnels de santé ? Définir ces valeurs professionnelles et institutionnelles, c’est déjà porter un projet en soi en termes de prise de conscience. Repérer ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.