Numéro 585 - avril 2019dossier

Pédopsychiatrie

Trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité

Un programme d’éducation thérapeutique

Problème de santé publique sous-diagnostiqué, le trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivié (TDA/H) est l’un des premiers motifs de consultation en pédopsychiatrie(1). La mise en place de programmes transversaux de psycho-éducation peut contribuer à faire évoluer la qualité des prises en charge au bénéfice des patients et des familles. 

En France, en fonction de la méthode diagnostique et des critères de mesure utilisés(2), on estime le trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivié (TDA/H) à 3 % à 8 % de la population d’âge scolaire, avec une prédominance masculine (sexe ratio 4/1 en population générale, 9/1 en population clinique). Les symptômes qui caractérisent le TDA/H engendrent un impact évident sur le fonctionnement psychique, social, sur les apprentissages, le travail ou le développement. Sa reconnaissance diagnostique et l’évaluation précoce du trouble et de ses comorbidités associées sont fondamentales pour adapter une prise en charge globale en précisant les stratégies à privilégier. Différentes modalités d’intervention peuvent être associées (pharmacologique, comportementale, psychothérapeutique, familiale, éducative, pédagogique, en groupe ou en individuel). La psychoéducation (par exemple les groupes Barkley) constitue une étape primordiale de la prise en charge du TDA/H(3). Trouble neurodéveloppemental, le TDA/H comporte des composantes cognitive (trouble de l’attention), comportementale (hyperactivité, impulsivité) et émotionnelle. ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.