Numéro 567 - juillet 2017expérience suite

réflexion

Le soin aux étrangers

Une question médicale, morale et politique

En Seine-Saint-Denis, l’hôpital Delafontaine, qui accueille une importante patientèle multiculturelle et souvent précaire, est confronté à des questions complexes administratives, médicales mais aussi économiques et éthiques qui font débat, à l’hôpital comme dans la société : faut-il et peut-on soigner tout le monde ?*

L’hôpital Delafontaine, situé en Seine-Saint-Denis (93), reçoit une population bigarrée culturellement (en 2011, selon une étude interne un jour donné (1), plus de 100 langues y étaient parlées, avec 30 % de malades non francophones) et très marquée par la précarité (en 2009, une autre étude interne (2) avait objectivé 70 % de précarité et 20 % de très grande précarité). Nous avons donc l’habitude d’accueillir des étrangers, qu’ils soient en situation irrégulière ou non, et de nous confronter à des questions complexes administratives, médicales mais aussi économiques et éthiques qui font débat dans notre hôpital comme dans la société. À cette situation particulière s’ajoute une autre caractéristique : les soignants sont pour une grande partie eux aussi d’origine étrangère et parlent autant de langues que les patients. La situation actuelle sociale et économique, particulièrement en Seine-Saint-Denis, confronte à la nécessité de reposer certaines questions essentielles concernant le soin et les sujets susceptibles d’en bénéficier. Nous proposons ainsi de repartir de questions centrales : faut-il soigner tout le ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait. la totalité de notre contenu est accessible jusqu’à la fin de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *