Numéro 552 - janvier 2016coach et culture

Le billet de Marie

Soigner le soin, soutenir la bienveillance

Une chaîne de radio publique rediffusait récemment une interview du pharmacien et botaniste, écologiste et homme politique Jean-Marie Pelt, à la suite de sa récente disparition. Ce professeur d’université y soulignait que la société lui donnait le sentiment de se déliter, tel ce médicament effervescent contre le mal de tête qui s’utilisait il y a quelques décennies avant le succès inégalé du Doliprane : l’Aspro 500.

Une chaîne de radio publique rediffusait récemment une interview du pharmacien et botaniste, écologiste et homme politique Jean-Marie Pelt, à la suite de sa récente disparition. Ce professeur d’université y soulignait que la société lui donnait le sentiment de se déliter, tel ce médicament effervescent contre le mal de tête qui s’utilisait il y a quelques décennies avant le succès inégalé du Doliprane : l’Aspro 500. Vous souvenez-vous de l’Aspro 500 ? On le plongeait dans un verre d’eau et le cachet blanc se délitait, partait dans tous les sens en petits grumeaux qui rebondissaient, pris par les remontées de l’eau sous l’effet d’un dégagement de bulles. La société se déliterait donc tel ce cachet dans son processus de dissolution ? Quels en sont les échos au sein de nos structures hospitalières ? De la même manière que l’effervescence d’un cachet détruit la cohésion de son contenu, les éléments fédérateurs tels que la solidarité et la fraternité disparaîtraient au profit de forces plus puissantes, et lesquelles ? Le rôle du directeur d’établissement n’est-il pas de se situer au-dessus de la mêlée d’éventuelles ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.