Numéro 598 - septembre 2020dossier

publication

S.A.R.R.A., la suite

Les vertus de l’anticipation en santé

En 2018, David Gruson publiait S.A.R.R.A Une intelligence artificielle, fiction d’anticipation qui faisait l’hypothèse d’un traitement par IA d’une épidémie d’Ebola dans Paris. Fin 2018, il travaillait déjà sur une suite – S.A.R.R.A. Une conscience artificielle –, dont la publication était prévue fin mars  2020. Il ne pouvait savoir, à ce moment-là, que ce deuxième tome serait publié en pleine pandémie Covid-19.

L’anticipation décrite dans le premier tome de S.A.R.R.A. avait déjà reçu plusieurs concrétisations dans le réel. C’est le cas notamment, s’agissant la reprise de la notion d’une « garantie humaine » de l’IA – qui figurait dans le premier livre – dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique suite au travail que nous avions mené dans le cadre de l’initiative Ethik-IA. En outre, d’un point de vue technologique, je situais en 2025 l’hypothèse de fabrication d’un vaccin par l’IA. Or, cette évolution s’est concrétisée dès 2019 avec la publication des travaux de l’université Flinders, en Australie, sur la première fabrication par IA d’un adjuvent au vaccin contre la crise saisonnière. S.A.R.R.A. 2 va plus loin dans l’anticipation. L’action se situe en mars  2026, avec une crise Ebola qui s’est transformée en pandémie. Je voulais, dans ce nouveau volet, explorer la dimension européenne et internationale en mettant en scène, en particulier, la désarticulation des stratégies nationales de réponse. La crise du Covid-19 nous a montré, à cet égard, à quel point les pays ont d’abord manqué de cohérence dans ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.