Numéro 497 - juillet 2010dossier

Prise en charge

La santé mentale des personnes précarisées

De la reconnaissance à l’organisation des soins

Avec les expériences menées à Rouen et en Haute-Normandie depuis une quinzaine d’années, en lien avec d’autres initiatives en France, les auteurs souhaitent appeler l’attention sur l’intégration de la santé mentale des personnes précarisées dans les problématiques précarité/santé avant de préciser l’organisation de leur prise en charge, préalable à une interrogation en matière d’évaluation et de perspective. Cette contribution est écrite à partir de deux témoignages – direction hospitalière et exercice médical – pour confirmer l’intérêt de relations complémentaires entre corps de direction et psychiatre de service public, en décalage avec les trop vaines querelles corporatives de place, voire de pouvoir. Elle illustre aussi la manière dont le droit de la santé se construit, à partir de pratiques, de réflexions, de rapports, et en empruntant un chemin juridique, varié et gradué (lois, circulaires…).

À titre préliminaire, deux observations sont présentées, relatives à la croissance de la précarité et des questionnements sanitaires et sociaux liés à ce constat. Dans la longue marche de l’humanité, la pauvreté et la précarité ont longtemps été partagées par la grande majorité de la population mondiale. Après la guerre et les « Trente Glorieuses », les années 1980 ont vu apparaître la notion de pauvreté en pays riche, liée à des transformations économiques et sociales profondes et durables. Un nouveau discours s’est alors développé, lié à la « crise », aux incertitudes et inquiétudes sociales, familiales, individuelles. Aujourd’hui, près de la moitié de la population mondiale vivrait avec moins de l’équivalent de deux euros par jour. En Europe, près de 80 millions de personnes, soit 17 % de la population, vivent actuellement en dessous du seuil de pauvreté. Selon la définition retenue par l’Union européenne, toute personne dont les revenus sont inférieurs de 60 % au revenu moyen des ménages du même pays est considérée comme exposée à la pauvreté. En France, 13 % de la population, soit 8 millions de personnes, vivent ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.