Numéro 507 - juillet 2011rencontres

Hypothèse

Sacralisation/désacralisation de la médecine en France

Il ne s’agit pas ici de traiter des rapports génériques entre la maladie et le sacré, la santé et le salut : ce sujet a été souvent abordé, notamment par les anthropologues et, bien sûr, il reste présent en arrière-fond. Notre propos est plus limité ; il se rapporte aux singularités de la France postrévolutionnaire. Nous tentons de développer une hypothèse émise par l’historien Claude Nicolet dans son ouvrage classique L’Idée républicaine en France : il existe, partout en Occident, un lien entre la modernité démocratique et le développement de l’institution médicale. Cependant, ajoute Nicolet, « nulle part ailleurs qu’en France le recours à la médecine ne deviendra aussi nettement une obligation morale liée à la nature d’un régime politique ». Selon lui, le régime républicain non seulement favorise la médecine, comme science morale, mais, en partie, il dépend d’elle. Cette assertion semble valable pour l’ensemble des régimes qui ont adopté le drapeau tricolore. Ils ont fragilisé leur légitimation religieuse et ont dû avoir recours à une autre source de légitimité. Nous avons confronté nos recherches sur l’histoire de ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.