Numéro 572 - janvier 2018dossier

Enjeux

Les (r)évolutions de la pédopsychiatrie

Les besoins en pédopsychiatrie n’ont jamais été aussi importants (près de 600 000 enfants et adolescents suivis), alors même que le nombre de pédopsychiatres n’a jamais été aussi faible, faisant craindre leur disparition prochaine. Les autorités de tutelle semblent avoir pris la mesure du problème grâce à l’alerte lancée par la mission sénatoriale de 2016, menée sous l’égide des sénateurs Alain Milon et Michel Amiel. Désormais, réflexions et moyens semblent s’engager pour enrayer ce déclin.

Les pédopsychiatres sont à un tournant de leur histoire qui, tout aussi critique soit-il, leur permet néanmoins d’interroger tous azimuts leur pratique au regard des enjeux de santé publique et des soubassements théoriques présents et à venir. Une puissante lame de fond, tenant lieu de véritable révolution copernicienne, semble à l’œuvre et – comme cette analogie le suggère – place dorénavant le patient et sa famille au cœur des dispositifs de soins et de prévention. De là, des logiques de parcours et de niveaux de prise en charge se mettent en place afin de garantir la continuité et la gradation adaptative et progressive des soins. Une autre lame de fond, non moins importante, tient à la montée en puissance des approches dites « développementales » et intégratives. Véritable bras armé de cette (r)évolution organisationnelle, elles permettent d’ajuster au plus près des besoins les soins adaptés au moment où ils sont requis. Inutile de préciser qu’au-delà des enjeux théoriques, la mise en œuvre de cette dynamique requiert moyens et formations. Précisons aussi que cette pédopsychiatrie 2.0 s’inscrit dans la continuité de la ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait. la totalité de notre contenu est accessible jusqu’à la fin de cette année.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *