Numéro 602 - janvier 2021réflexion

analyse

Réforme du financement de la psychiatrie hospitalière

Traduire le report en opportunité ?

Si la réforme proposée par le gouvernement repose sur des principes louables et a le potentiel d’amorcer des approches bénéfiques, son déploiement pourrait pérenniser les inégalités sans répondre aux réels besoins de la filière, en ne traitant qu’un aspect, certes clé, mais partiel, des parcours de soins en santé mentale. L’année 2021 représente une opportunité claire de transformer l’essai en détaillant l’ébauche pour renforcer le potentiel de transformation vertueux.

Des principes correspondant aux besoins de réforme de la psychiatrie hospitalière Les axes de la réforme sont en phase avec certains enjeux d’évolution de la psychiatrie hospitalière, et notamment : le comblement des déficits locaux et régionaux, en organisant un rattrapage des régions les moins bien dotées. La nouvelle modélisation prévoirait un nivellement progressif par le haut ; constituer une valorisation homogène au niveau national représente un gain majeur en matière de transparence. Les valorisations proposées dans le dernier modèle sont ainsi une véritable rupture pour le financement de la santé mentale publique, en corrélant une forme d’activité à la rémunération ; la prise en compte des tendances épidémiologiques des populations prises en charge, en affirmant ainsi un principe de responsabilité territoriale (sectorisation) qui a fait ses preuves. En pratique, cela constitue une reconnaissance de la diversité des enjeux des territoires, et une réponse économique qui en tient ainsi compte ; un équilibre entre dotation populationnelle relativement stable, et une prime à l’activité ; incluant une emphase claire ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.