Numéro 513 - fĂ©vrier 2012graph

4e séance

Reconnaissance des talents, partage de l’amour de la musique

Les arts pour bien vivre ensemble

Comment dĂ©montrer que, Ă  travers le chant, le partage d’un mĂȘme objectif conduit Ă  la dĂ©couverte et Ă  la reconnaissance d’une vĂ©ritable unitĂ© dans le groupe ?  Ma premiĂšre expĂ©rience a Ă©tĂ© la dĂ©couverte de la communion, de ne faire qu’un, par l’immersion dans l’harmonie. Enfant, un camarade m’avait amenĂ© Ă  ma premiĂšre rĂ©pĂ©tition de chƓur, Ă  l’ñge de 9-10 ans. Soudain, avec ma voix de soprano, je me suis trouvĂ© au milieu de l’harmonie, au milieu de la polyphonie. Cette harmonie marquĂ©e par l’expĂ©rience de chant de mes congĂ©nĂšres m’a remplie d’un sentiment d’unitĂ©, d’appartenance Ă  un tout. Cette rĂ©pĂ©tition a dĂ©terminĂ© ma vocation de chef de chƓur, pas de musicien, parce que la musique est plus complexe.

On reconnaĂźt immĂ©diatement l’harmonie omniprĂ©sente dans la nature : chaque objet qui vibre, fait entendre un son, une note. Mais elle n’est pas unique, elle est composĂ©e d’harmoniques (au nombre de sept). Elle a un Ă©cho en nous-mĂȘmes, chaque objet qui vibre Ă©met ses notes, mais nous n’en entendons qu’une ; le cerveau analyse les composantes du son de plusieurs harmoniques. Au fur et Ă  mesure qu’on avance dans les harmoniques, l’énergie faiblit de maniĂšre naturelle et l’écho s’amplifie en nous. L’oiseau chante, pourtant il n’a jamais appris Ă  chanter. Le nouveau-nĂ© se prĂ©sente par un cri qu’il va vite vouloir moduler. C’est donc un rĂ©flexe qui fait partie de la nature humaine. Mon dĂ©fi majeur est de dĂ©montrer que, contrairement Ă  une idĂ©e reçue, tout le monde peut chanter. Cette possibilitĂ© a des consĂ©quences trĂšs fortes, car souvent les gens sont persuadĂ©s qu’ils ne peuvent pas chanter parce en raison d’un environnement familial ou culturel dĂ©favorable. Dans la famille, si on dit : « Papa tais-toi, tu chantes faux », ça ne signifie pas qu’il chante faux. En rĂ©alitĂ©, il entend faux et il reproduit ce qu’il entend. ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.