Numéro 573 - février 2018dossier

réflexion

Qu’est-ce que le management ?

L’on passe notre temps, de nos jours, à être formé au management. L’on veille même, avant tout, à se tenir à la page. Serions-nous passés à côté de la dernière technique infaillible ? Vite, un séminaire ! Un accompagnement, et fissa ! Tout se passe comme si le programme positiviste d’Auguste Comte, qui substitue à la recherche des essences et des causes, c’est-à-dire, au fond, du sens, la mise au jour des mécanismes et du fonctionnement, trouvait un accomplissement dans le management. Pourtant, derrière les modes qui ne laissent de passer, les fondements philosophiques et anthropologiques du management, quant à eux, persévèrent dans leur être. Quels sont-ils donc ? Question soigneusement évitée mais bienvenue dans une société frappée par la managérialisation de l’ensemble de ses activités collectives. C’est pourquoi répondre à la question « qu’est-ce que le management ? » revient tout simplement à penser notre vie quotidienne.

En 1941, James Burnham prophétisa la révolution managériale (The Managerial Revolution) : force est de lui donner raison si l’on prend en vue le formidable déploiement historique du management depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. En effet, quelle entité collective, aujourd’hui, ne déploie pas de dispositifs managériaux en son sein ? Quelle communauté demeure étrangère à ces pratiques qui se répandent telle une traînée de poudre dans nos sociétés postmodernes ? Les entreprises, bien sûr, mais également les associations, les collectivités, les universités et les hôpitaux – cette liste ne saurait bien sûr être exhaustive – mettent en œuvre des techniques de management stratégique (avec ses fameuses matrices), de contrôle de gestion (avec ses non moins célèbres tableaux de bord), de ressources humaines (avec sa sacro-sainte cartographie des compétences), de marketing (avec son incontournable marketing mix), etc. Toutes ces organisations, de surcroît, implémentent, dit-on dans le jargon des sachants du management, des systèmes d’information qui se substituent d’une part aux sens des hommes pour capter l’information, d’autre ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *