Numéro 531 - décembre 2013dossier

Performance

Pour un système de santé plus efficace

Note du Conseil d’analyse économique

Placé auprès du Premier ministre, le Conseil d’analyse économique (CAE) est une instance pluraliste composée d’économistes professionnels reconnus et de sensibilités diverses, nommés à titre personnel pour leurs travaux de recherche en économie ou correspondants du secteur économique des entreprises. Ces professionnels, qui ne perçoivent aucune rémunération pour leur participation, s’engagent sur une charte de déontologie pour rendre plus visibles leurs différentes activités. Le CAE, qui « a pour mission d’éclairer […] les choix du gouvernement en matière économique », s’est penché récemment sur le système de santé, en particulier son financement. Le résultat en est la note « Pour un système de santé plus efficace » présentée ici.

Cette note du CAE publiée en juillet 2013  (1) aborde trois thèmes : le mode de remboursement des soins, la régionalisation financière et les systèmes d’information en santé. Trois thèmes ambitieux, traités, note oblige, hélas parfois rapidement, et où les bonnes idées et les analyses pertinentes sont parfois perdues au milieu de considérations de moins bonne qualité.  Avant même l’étude des thèmes et des propositions, une précision s’impose : l’adjectif « efficace » employé dans le titre peut être source de confusion ou de mauvaise interprétation. Les auteurs en ont conscience et soulignent que cette « efficacité » doit s’entendre « comme la capacité du système à “produire” un niveau de santé maximal pour un budget fixé ». Il s’agit ainsi, comme ils l’ajoutent eux-mêmes, d’une efficacité « productive ».  Une restriction aussi mérite d’être soulignée: les auteurs restreignent volontairement le champ de l’étude : « l’organisation de l’Assurance Maladie n’est ici abordée qu’à travers la définition du panier de soins et des taux de couverture », laissant par exemple de côté la question de la ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.