Numéro 511 - décembre 2011dossier

Réflexion

MDA… précautions d’emploi

Voilà un peu plus de dix ans sont apparues des institutions décrétant leur accueil et leurs moyens de prise en charge « réservés » aux adolescents. Les maisons de l’adolescent (MDA) doivent savoir accueillir les adolescents, traiter ou « faire traiter » les troubles, ou plus largement améliorer les difficultés qu’ils peuvent rencontrer, troubles ou difficultés spécifiques de cette période de vie, ou que cette période de vie rend spécifiques.

Règles d’usage et fonctionnement Pouvoir prendre l’adolescent « tel qu’il se présente » au sein d’un lieu unique et dédié Il s’agit de proposer à la population des lieux ou dispositifs faciles à repérer et à s’approprier, chargés d’une représentation simple, peu stigmatisée mais capable de répondre aux demandes de toutes sortes, y compris des situations sévères ou dangereuses, mais aussi aux « non-demandes ». Ce dispositif, annoncé sous la forme d’une « maison » qui, dans notre représentation actuelle, évoque des images de paix, d’harmonie (peut-être illusoires ?) et de contenance, doit savoir traiter ou au moins s’occuper des cas les plus légers, parfois futiles, comme des plus lourds, parfois en danger majeur. Cette capacité au « non-tri a priori » est une des raisons d’être et de persister des maisons de l’adolescent (MDA). La MDA doit savoir accueillir l’adolescent « tel qu’il se présente » pour éviter la stigmatisation possiblement repoussante d’un lieu spécialisé dans un type de trouble. On verra après, face à lui et sa famille, si cela est grave ou pas. La constitution de telles structures doit ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.