Numéro 597 - juillet 2020dĂ©cryptage

commentaire

Loi de transformation de la fonction publique

KĂ©vin, Martine, ou les deux ?

La loi de transformation de la fonction publique n’est pas une loi de juriste, au sens oĂč ce n’est pas une loi essentiellement technique. C’est une loi d’esprit. RĂ©flexions un an aprĂšs


Dans quelques jours, nous allons cĂ©lĂ©brer le premier anniversaire de la loi de transformation de la fonction publique. Pas au sens festif du terme, il n’y aura ni effusion ni joie. Nous serons, pour les plus chanceux, dans quelques lieux de villĂ©giature hexagonaux Ă  prendre du recul sur la pĂ©riode Ă©coulĂ©e. Cet anniversaire sera avant tout le constat qu’un texte qui devait tout transformer, qui finira par le faire Ă  la longue, est en pratique, pour l’heure, Ă  quelques dĂ©tails prĂšs, une norme thĂ©orique de plus, qui agite davantage les formateurs et autres consultants que les fonctionnaires de terrain eux-mĂȘmes. Beaucoup d’encre a coulĂ©. Souvent contre, parfois neutre, rarement pour. Les commentateurs ont souvent retenu les dĂ©tails, sans plus de prĂ©cisions : fusion des instances, rupture conventionnelle, fin de la notation. Sur ce dernier point, nul ne peut regretter de mettre un terme Ă  une pratique humiliante sur ces critĂšres ancestraux. Mais lorsque la mer se retire
, nous connaissons la chanson.  Dans les faits, arrive le temps de la dĂ©cision. Aucun dĂ©lai supplĂ©mentaire ne semble se profiler Ă  l’heure oĂč nous bouclons, malgrĂ© la ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.