Numéro 598 - septembre 2020réflexion

innovation

L’éthique au chevet de l’IA en médecine

Le monde digital se caractérise par son instantanéité, sa densité d’informations, son omniprésence, en contraste avec le monde concret des choses. Désormais, avec la multiplication des moyens de connexion, la baisse des coûts des technologies, les nouvelles capacités de collecte et de traitement de la donnée, on s’aperçoit que nous pouvons faire communiquer des éléments de notre environnement, jusqu’à présent muets. On assiste au développement multiforme des nouvelles technologies de l’information et la communication (NTIC), illustré par l’émergence des technologies associées aux big data, aux objets connectés, aux algorithmes, aux nanotechnologies, biotechnologies, informatique et sciences cognitives (NBIC), à la blockchain, à l’intelligence artificielle (IA), à la réalité virtuelle et augmentée. L’IA se développe à un rythme extrêmement rapide. Nous devons nous attendre à des changements significatifs à mesure que les systèmes d’IA s’intègrent à de nombreux aspects de nos vies, notamment dans le secteur de la médecine et de la relation médecin/patient. Ce nouveau monde étudie en permanence le monde réel, dans l’objectif de créer de la prévisibilité et de la prédictibilité. Nous sommes confrontés à un avenir où tout va être prévisible par autrui, via les algorithmes de traitement et d’analyse et la manière dont nous interagissons par Internet. Un constat qui s’applique totalement dans le secteur médical : la médecine connectée apporte une meilleure compréhension des maladies infectieuses et des maladies chroniques, à l’échelle d’une population, avec des approches innovantes pour le diagnostic et le traitement des patients, l’amélioration de la recherche sur les pathologies et leurs thérapeutiques, ainsi que l’optimisation de la surveillance des maladies et des facteurs de risque. 

Nous entrons dans l’ère de la médecine dite « 4.0 », s’appuyant sur les big data, les algorithmes et les applications d’IA afin de tendre vers une médecine plus individualisée, personnalisée et prédictive. L’IA marque une rupture avec l’ensemble de la chaîne de valeurs et restructure en partie notre système de santé, en les transformant avec une nouvelle culture et un nouveau regard sur la médecine et la relation médecin/patient. L’IA bouleverse nos modes de vie, de consommation, de fonctionnement et de travail. Cela se traduit par une coupure avec le passé dans la relation et le lien de chacun avec autrui et impose de repenser l’activité médicale. C’est le début d’une révolution silencieuse, une ère de changement et de disruption où la survie passe obligatoirement par de la réactivité, de l’adaptabilité, de la créativité et donc par de l’innovation. Dans le contexte de la généralisation de l’innovation numérique ouverte et de la transformation de la condition humaine, nous sommes en droit de nous interroger d’un point de vue anthropologique sur la place de l’homme dans cet écosystème médical hyperconnecté et ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.