Numéro 570 - novembre 2017dossier

Sénat

Les urgences hospitalières

Miroir des dysfonctionnements de notre système de santé

En miroir du rapport sur la permanence des soins ambulatoires (1) et en parallèle de celui de la Cour des comptes qui a mené en même temps que le Sénat des travaux sur l’organisation des urgences (2), trois sénateurs (3) ont livré en juillet dernier leurs vision et propositions sur l’organisation des urgences hospitalières. Conçu en exploitant des rapports publiés ces dernières années – enquête Drees 2013 (4), auditions de personnalités qualifiées et visites d’établissements –, le rapport * adopte un point de vue centré sur les services d’urgence des hôpitaux. Ces derniers ressentent, d’après le rapport, une situation critique qu’ils subissent sans pouvoir en être acteurs. Le rapport invite à ne pas considérer les services d’urgence comme un point d’entrée défaillant dans le système de santé et à analyser leurs difficultés comme les conséquences d’une désorganisation globale de ce dernier.

Des constats durs et déjà connus « Services débordés », « services démunis », « constat unanime et alarmant », « situations d’urgence sociale », « services déstabilisés », « carences de la médecine de ville », « problème non résolu », « course-poursuite », « tension continue », « manque criant »… Les titres des chapitres du rapport n’incitent pas à l’optimisme ! Les constats refont le point sur des services qui sont, depuis leur création en 1993, en adaptation constante car tributaires de l’organisation de l’offre de soins, de l’épidémiologie mais aussi des demandes sociétales. [encadre_shortcode titre='enc_2017_555_01'] On connaît déjà bien certains effets conduisant à un accroissement continu de la demande de soins d’urgence : le report sur les urgences de la demande des patients aux horaires où la médecine de ville est inaccessible ou lorsque cette dernière est inexistante. Sur cet aspect, le rapport insiste longuement sur l’interdépendance avec la ville, l’absence de permanence de soins ambulatoires (PDSA) (5), allant jusqu’à consacrer un chapitre (sur les ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *