Numéro 512 - janvier 2012graph

3e séance

Reconnaissance et partage : appréhender les enjeux, prévenir les dérives

Les talents individuels, à la base de la réussite collective ?

Parmi les principales attentes des cadres et des salariés dans les organisations privées ou publiques, la reconnaissance arrive très souvent en tête des études sur la satisfaction au travail,  ce qui démontre le déficit sur ce registre. Pour analyser les fonctionnements et les dysfonctionnements des repères de bon sens et comprendre comment se créent et se multiplient les sources de démotivation, voire de psychopathologie, nous proposons un schème d’intelligibilité que nous appelons « RSI » (1), une traduction opérationnelle de celui que Jacques Lacan a proposé pour expliquer le fonctionnement psychique normal.

La Réalité/R, c’est ce qui est ici et maintenant. Ce sont les conditions de possibilité et la faisabilité des situations que nous rencontrons sur le plan professionnel, la limite du cadre dans lequel nous nous situons pour agir ; c’est aussi la perception que nous avons de ce qui se passe. Enfin, c’est le fonctionnement d’une organisation, le positionnement des acteurs, la transparence des projets et des actions. Il s’agit d’énoncer ce qu’on va faire, de dire quel état des lieux on est capable d’établir (réalité économique, financière, sociale, environnementale), comment on en tient compte, quel est l’écart entre l’image qu’on « vend » à l’extérieur et l’image interne. Dans la Réalité, nous rencontrons tous les éléments qui nous sont donnés pour ouvrir la voie à notre projet et toutes les conditions dans lesquelles nous décidons de l’ouvrir. Or, le problème, c’est que nous vivons toujours cette Réalité sur le mode du ressenti et que ce ressenti est toujours sous la pression de l’Imaginaire. La Réalité est bien souvent la source de malentendus considérables, le registre du quantitatif est très souvent sollicité ; on ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.