Numéro 527 - juillet 2013dossier

RĂ©flexion

Les achats peuvent se moderniser rapidement

Dans ma longue expérience de directeur des achats de grands groupes puis du Service des achats de l’État (SAE) jusqu’en mars 2012, j’ai souvent eu à convaincre du potentiel d’amélioration des achats. Cela m’a été d’autant plus facile que j’avais fait partie des agnostiques, ayant été un directeur d’usine pharmaceutique qui ne se sentait pas très concerné : « Les achats ? J’ai un bon service qui s’en occupe. »

Une première révélation m’est venue d’exemples incroyables : un nouvel appel d’offres divise par deux le prix de moteurs électriques ; nous payons trois fois plus cher certaines pièces de rechange que leur valeur initiale ; un fournisseur nous propose d’essayer gratuitement un nouveau revêtement de sol beaucoup plus résistant… J’ai vite compris ensuite que les achats, qui représentaient une part importante du budget, étaient souvent traités de façon historique (même cahier des charges, mêmes entreprises soumissionnaires et même… bureaucratie !) alors que dans ce domaine au moins autant que dans les activités internes, il y a place pour le progrès continu, la remise en cause, l’innovation.… Le directeur d’usine qui m’a succédé a divisé par trois le prix des conteneurs de principe actifs (en couleur kraft standard plutôt que blanc spécial) ou fortement réduit les coûts d’entretien de chauffage climatisation qui faisaient l’objet de contrats spécifiques par bâtiment auprès d’opérateurs différents ! Alors, oui, le potentiel est illimité. Chaque projet d’achat a un potentiel de progrès. Que peut-on faire différemment ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.