Numéro 553 - fĂ©vrier 2016dossier

Bilan

Les 12 heures

À l’hôpital et dans le médico-social

Quel bilan des pratiques actuelles en matière d’horaires en 12 heures pour le personnel non médical, comment sont-elles vécues par les acteurs de terrain. Quels sont les problèmes juridiques posés par ces horaires, les avantages et les inconvénients de ces horaires ? État des lieux d’une nouvelle gestion du temps de travail.

Les horaires en 12 heures pour le personnel non médical, quasiment généralisés dans les cliniques privées, se développent dans les hôpitaux français depuis une dizaine d’années. D’après l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (Atih), environ 10,5 % des agents hospitaliers sont concernés. Historiquement, ces horaires étaient implantés essentiellement sur les urgences, la maternité et la réanimation. Ils sont aujourd’hui pratiqués dans les services d’hospitalisation, sur les plateaux techniques des établissements sanitaires mais aussi dans les services d’hébergement du secteur médico-social (établissements hébergeant des personnes âgées [Ehpad], maison d’accueil spécialisée, foyer d’accueil médicalisé, etc.). Le développement des horaires en 12 heures est porté, d’un côté par les directions dans une logique économique, ces horaires permettant de réduire a priori les coûts, de l’autre par les agents (notamment les jeunes générations) car ils offrent davantage de journées libres et facilitent la vie personnelle. Cette organisation soulève de nombreux débats, le plus souvent très idéologiques ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.