Numéro 528 - septembre 2013expĂ©rience

PĂ©dagogie

Le tutorat, une pratique efficiente

La notion de tutorat a été fortement popularisée ces dernières années dans le champ professionnel infirmier, mais elle concerne encore peu l’intégration des nouveaux professionnels dans les services de soins. Le tutorat présente de forts intérêts pour le tutoré, le tuteur, le service et les usagers. Un certain nombre de recommandations concernant l’organisation du dispositif peut être formulé : parcours d’apprentissage, profil du tuteur, outils de suivi et d’évaluation… Les principaux freins à cette organisation innovante peuvent être dépassés s’ils sont correctement analysés en amont.

Aborder le tutorat exige d’abord de préciser ce que nous entendons par « tutorat ». Le terme, dont la diffusion s’est considérablement accélérée ces quatre dernières années, recouvre un grand nombre de formes. La notion de tutorat s’est ainsi grandement enrichie depuis son origine latine tutor, de tueri, « protéger », pour aboutir au concept pédagogique qu’elle constitue à l’heure actuelle. Il semble ainsi qu’un certain consensus se soit formé autour d’une détermination large du concept suivant : « Ensemble des activités mises en œuvre par des professionnels en situation de travail, en vue de contribuer à la production ou à la transformation de compétences professionnelles (1). » C’est à partir de cette définition que nous en exposerons l’application dans le cadre de l’apprentissage des nouveaux professionnels. Le tutorat dans le champ infirmier  Peu d’écrits permettent d’évaluer l’évolution et la prégnance des systèmes de tutorat infirmier en milieu hospitalier. Chaque établissement, chaque unité de soins, semble avoir construit des dispositifs spécifiques d’intégration et de suivi des nouveaux ...

Vous pouvez lire la suite en vous identifiant ou en créant votre profil si vous ne l’avez pas encore fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *